Le jeu du jeudi : betrayal at house on the hill

Nous connaissons tous cette maison hantée en haut de la colline… Mais prenons notre courage à deux mains et partons l’explorer ! De toute manière, qu’est ce qui pourrait mal se passer ?

 

L’exploration commence plutôt bien. Nous découvrons des pièces toutes plus étranges les unes des autres. Ma foi, il nous arrive de temps en temps de nous blesser et d’avoir très peur mais jusque là rien d’insurmontable.

 

Je ne suis pas super rassuré de voir Missy avec cette hache… Mais bon, regarde cette magnifique boite à musique que j’ai trouvé, la mélodie n’est-elle pas entêtante ?

 

 

Mais en fait, quelqu’un aurait-il vu où est passée Jenny ?



Betrayal at house on the hill est un jeu immersif dans lequel vous incarnez un groupe d’explorateurs qui allez tenter de découvrir les secrets d’une maison hantée. Vous coopérez tous ensemble jusqu’à ce qu’un drame arrive… L’un d’entre vous devient votre pire ennemi malgré lui !

Dès lors, découvrez l’un des 50 scénarios proposés par le jeu. Comment allez vous survivre et vaincre votre adversaire cette fois ci ? Tout les détails seront inscrit dans deux carnets (Héros / traître) chacun permettant de prendre connaissance d’informations que l’autre camp ignore sans doute. A vous de réussir à communiquer sans que votre adversaire ne découvre comment être contré.

 

Ce semi-coopératif m’a accroché dès ma première partie, bien que le début puisse devenir un peu répétitif (porte – salle – évènement), c’est avec fébrilité que l’on attend de découvrir qui deviendra la menace et de quel bois elle sera faite. Les nombreux jets de dés pourront aussi en rebuter plus d’un, car le hasard vient mettre son grain de sel dans un plan qui semblait si parfait ! Mais je retiendrai avant tout la diversité des scénarios venant chacun avec leurs propres changements de règles et objectifs rendant chaque partie très différente.

 

En quelques mots : exploration, aventure, survie, horreur

 

Un jeu de Bruce Gassco et Rod Daviau
Illustré par 
Dennis Crabapple McClain, Christopher Moeller, Peter WhitleyEdité par , Wizard otf the coast

  • Pour 3 à 6 joueurs
  • A partir de 12 ans
  • Durée d’une partie : 60 a 120 minutes

Le jeu du jeudi : Captain Sonar

Cette semaine, on joue a touché coulé ! sauf qu’on a qu’un sous marin, et qu’il bouge. Voici donc Captain Sonar, un jeu de recherche et destruction de sous-marin par équipe.

Dans ce jeu sous pression, chaque joueur incarne un rôle spécifique au sein de son sous-marin et il en existe 4 différent. 

Le capitaine, il gère les déplacements de son bâtiment et choisit quand utiliser les armes et autres équipements. à chaque tour il donne un cap et attend la confirmation du second et du mécano.

Le second, il est responsable des systèmes, armes et équipements, du navire. A chaque déplacements il coche une case du système de son choix. Quand toutes les cases d’un systèmes sont cochées, celui est prêt à l’emploi et il en informe le capitaine.

Le détecteur, il “espionne” le capitaine de l’équipe adverse afin de trouver la position du sous-marin adverse sur la carte. Il fait le point régulièrement avec son capitaine.

Le mécano, il gère les problèmes techniques dus aux déplacements du sous-marin. Il est effectivement possible que certains systèmes soient hors services même si prêt à l’emploi.

Apercu d’une table de jeu

Il existe 2 modes de jeu. Le premier, en tour par tour, chaque équipe joue l’une après l’autre, c’est classique, bien pour débuter ou à peu de joueurs. Le second cependant rajoute de la tension, le temps réels. Chaque équipe va à son rythme (plus ou moins rapide), parle en même temps et la vrai course commence.

Le jeu propose également plusieurs scénarii avec des cartes différentes et des règles spéciales pour prolonger l’expérience.

Le jeu est bon, l’immersion est quasi totale (hé hé). Le mode temps réel est vraiment prenant. Je conseil de jouer à 6 ou 8 joueurs

Un jeu de Roberto Fraga, Yohan Lemonnier
Illustré par
Ervin, Sabrina Tobal
Edité par Matagot (2016).

En quelques mots : fun, immersif, communication

  • Pour 2 à 8 joueurs
  • A partir de 12 ans
  • Durée d’une partie : environ 45 minutes

Le jeu du jeudi : Affinity

Cette semaine, la communication et l’harmonie sont à l’honneur… à moins que vous ne soyez une équipe du chaos !

Dans Affinity, les joueurs vont coopérer afin de deviner l’émotion (imposée) que chaque autre joueur essaye de leur transmettre par le biais d’une phrase composée de 3 éléments assemblés. Chaque émotion reconnue correctement fera avancer le pion de la piste d’harmonie, chaque erreur celui de la piste du chaos. Dès qu’un des deux pions arrive sur la piste opposée il déclenche la fin de partie et la victoire ou l’échec des joueurs selon leur degré d’affinité.

Deux exemples de phrases composées à partie des éléments proposés par le jeu.

Selon les joueurs, les phrases composées seront plutôt mignonnes ou salement crades et c’est drôle ! La limite des cartes (3 propositions possibles pour chaque élément de phrase) impose des combinaisons souvent farfelues et on se rend vite combien combien il est difficile de se mettre d’accord sur les émotions !

Les enfants ne sont pas oubliés, il sera alors proposé de retirer “glauque” afin de rester sur des thèmes plus légers.

J’aime le côté un peu fou et la liberté d’expression, même si elle est limitée par les cartes. J’aime surtout les fou-rires que ce jeu déclenche inévitablement autour de la table, même avec des inconnus !

En quelques mots : communication, déjanté, émotions, drôle

Un jeu de Roméo Hennion, Clément Leclercq, Davy Bernard et Jean-Philippe Sahut  Illustré par Emma Ferraro
Edité par GameFlow (2018).

  • Pour 3 à 8 joueurs
  • A partir de 8 ans
  • Durée d’une partie : environ 30 minutes

Le Jeu du Jeudi : Assaut sur l’Empire

Cette semaine, nous accueillons un nouveau chroniqueur : Florent. Il nous parle d’un jeu qu’il affectionne tout particulièrement : Assaut sur l’Empire.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… Bon ok, pas tant que ça…

Le jeu du jour n’est pas une sortie récente mais il est continuellement alimenté d’extensions (la dernière, Tyrans de Lothal, est sortie en juin 2018)

Je vais vous parler aujourd’hui d’un style de jeu que j’affectionne dans un univers que beaucoup de gens adorent : Star Wars Assaut sur l’Empire !

On est là sur un jeu de type Dungeon Crawler (ou exploration de donjon) semi-coopératif avec de la figurine et du plateau de jeu. Alors oui, ça peut faire peur pour les nouveaux mais derrière ces termes barbares se trouve une superbe expérience de jeu ! Un dungeon crawler est un jeu de type aventure ou l’on contrôle un groupe d’aventuriers (coopératif) traversant des « donjons » géré par un « maitre du jeu » (SEMI-coopératif).

On garde les codes du jeu de rôle avec des classes de personnage, pouvoir et expérience.

Ouh la grose beyte !

Nous sommes donc dans une expérience ludique nouvelle, de celles qui nous font jouer ensemble et non pas les uns contre les autres à l’instar d’un Pandémie ou d’un L’Île interdite.

Et ce n’est pas moins de 30 missions qui sont disponible de base (hors mode escarmouche, car oui, ce jeu peut se transformer un véritable jeu de figurine).

Petit plus ici, comme beaucoup de jeux Edge de ce type maintenant, la possibilité de jouer sans « maître du jeu » qui est remplacé par une appli et qui permet de jouer complètement coopératif.

L’interface de l’application

Il est important cependant de préciser, qu’à la différence d’un Descent ou d’un Mice And Mystic, Assaut sur l’empire est un jeu relativement dur. Les mouvements et actions seront à réfléchir pour arriver entier à la fin de chaque mission. Mais que voulez-vous, tailler en pièce du stormtrooper à grand coup de sabre laser, ça n’a pas de prix.

Un peu de travail de peinture rendra le jeu plus immersif.

En définitif, même s’il n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains de part son style et son timing, Assaut sur L’Empire est un très bon dungeon crawler qui sait tirer parti des mécaniques de ces grands frères tout en s’alliant à un licence connue, reconnue et chouchoutée.

En quelques mots : stratégie, dungeon crawler, coopératif, complexe

Un jeu de Corey KonieczkaJustin KemppainenJonathan Ying
Illustré par  
Henning Ludvigsen
Edité par
Fantasy Flight GamesEdge Entertainment (2015).

  • Pour 2 à 5 joueurs (1 à 4 joueurs avec la tablette/appli)
  • A partir de 14 ans
  • Durée d’une partie : 1h à 2h par session

Jeu du jeudi : Premier verger

Cette semaine, le jeu du jeudi s’adresse aux plus jeunes.

En effet, Premier verger est un jeu coopératif à partir de 2 ans, soit très très tôt s’agissant d’un jeu de société !

Ce jeu propose aux joueurs de collecter des fruits en bois sur 4 arbres et le mettre dans un panier avant que le corbeau n’arrive au verger. Pour ce faire, à chaque tour, un dé sera lancé et selon le résultat du dé, le joueur effectuera une action : ramasser un fruit ou avancer le corbeau.

Le matériel en bois est attirant et simple à manipuler pour les petites mains.

Les petits joueurs seront donc amenés à reconnaître les couleurs, les fruits (pommes, poires, prunes) et à lancer un dé.

L’astuce de Sandrine : afin d’éviter que le dé ne finisse par terre, faites lancer le dé dans le couvercle du jeu ! Il roulera moins loin et l’enfant apprendra à maîtriser ses lancers.

Premier verger fait partie d’une série de jeux proposée par la marque Haba autour du jeu Le verger. Il permettra d’initier les plus jeunes au jeu de société tout en proposant des parties courtes, des règles très simples, un matériel attractif et en limitant la frustration de l’échec grâce à son aspect coopération. De plus, les enfants se saisiront volontiers des fruits pour jouer à la dînette et à la marchande, ce qui leur permettra d’appréhender facilement le matériel de jeu.

En quelques mots : premier jeu, coopération, bois, joli

Un jeu de Anneliese Farkaschovsky  
Illustré par Jutta Neundorfer
Edité par Haba (2009).

  • Pour 2 à 4 joueurs
  • A partir de 2 ans
  • Durée d’une partie : moins de 10 minutes